Histoire

Les influences du modele courtois sur la societe medievale.

La fin’amor a contribué à renforcer l’éthique vassalique :  les vertus exigées par la femme sont les mêmes que celle exigées du souverain.

En outre la courtoisie semble liée à l’épanouissement de la vie de cour. La cour d’Henri II de Plantagenet et Aliénor d’Aquitaine a favorisé la diffusion de la courtoisie au nord et en Angleterre.  La culture courtoise a aussi connu un essor grandissant à la cour de Poitiers.

Ci-contre, Aliénor d’Aquitaine qui prend en charge la gestion de son château, extrêmement cultivée, elle reçoit également à sa cours des artistes, écrvains et musiciens.

Par effet de réception de la littérature, les règles et rites de celle-ci se sont étendus aux maris et aux jeunes filles non mariées.

La courtoisie a modifié la manière de prendre femme. Il devient d’usage de précéder le mariage d’une période plus ou moins longue après les “épousailles” durant laquelle on retrouve les comportements caractéristiques de la fin’amor. Autrement dit, on se fait la cour.

Ces valeurs s’étendent progressivement à l’ensemble des courtisans entrainant un raffinement des mœurs.

 

Malgré cela, la femme noble est toujours considérée comme un être inférieur à l’homme sur un plan social, juridique et économique.

Les rapports sociaux restent très durs puisqu’elle est soumis à l’autorité du père, du frère puis du mari.

Néanmoins, grâce à la courtoisie, la femme est représentée comme ayant la possibilité de dire non et de choisir.

Par conséquent les hommes ont dû changer de comportement vis à vis d’elle. La courtoisie est donc indirectement un mouvement de promotion de la femme.

Elle est aussi la traduction d’une ouverture monastique : le féminin est reconnu spirituellement.

Lorsque l’inspiration courtoise va s’essouffler, elle sera remplacée par le culte à la vierge Marie. En découvrant au XIIème siècle que la femme peut être sujet d’amour, on découvre que celle-ci est un sujet.

You must be logged in to post a comment.