Tutoriaux

Le travail du cuir.

Mes principales sources sur ce sujet sont tirées d’un excellent site  http://astelier-medieval-du-cuir.over-blog.com/.

Le tannage du cuir.

Il semblerait que le tannage des peaux soit apparu au Néolitique. La peau non tannée a tendance à devenir plus rigide et surtout reste très fragile à l’humidité. On utilisait alors la fumée puis plus tard des graisses animales prélevées en même temps que les peaux pour les traiter.

Le tannage consiste tout simplement à stabiliser la graisse et l’eau naturelle contenu dans la peau. Pour cela, il existe plusieurs méthodes anciennes (tannage à l’huile, tannage naturel, tannage végétal…) qui ont évolué au fil du temps pour arriver aux méthodes dites chimiques (on utilise l’alun par exemple au XIXème siècle.).

Pour en savoir plus, je vous invite à lire cet article sur l’historique du tannage et celui-ci sur la méthode employée.

En ce qui nous concerne, il faut également tenir compte dans le choix du cuir que selon l’usage qu’on va en faire il est préférable de prendre certaines parties de la peau de l’animal et pas d’autres car chacune ont une particularité.

Comment se procurer du cuir?

Le temps où on trouvait facilement un canapé en cuir véritable déjà traité  à dépecer dans les décharges est, hélas, terminé. Il faut donc le plus souvent s’adresser à une tannerie… mais là encore les prix sont très chers, et justifiés par le fait que tanner une peau correctement prend parfois plusieurs années.

La Maison du cuir propose ainsi un collet de vache tanné naturel, d’environ 1.20m², 3 mm d’épaisseur à 195€ pour exemple. Il est donc préférable de dégoter quelques bons plans pour avoir des chutes ou tout simplement favoriser la récupération de peaux “ratées”, non de qualité moindre mais ayant un petit défaut de tannage néanmoins utilisables.

Les usages :

Au Moyen-âge, on utilisait une technique spécifique, qui a ensuite progressivement été oubliée par la suite qui a donné ce qu’on appelle le cuir bouilli. Il permettait de rendre celui-ci particulièrement solide tout en conservant sa légèreté.

Grâce aux tentatives de recherche de l’ORCHIS ( Organisation de Recherches Culturelles Historiques et d’Information Scientifique), on tente de retrouver cette technique médiévale, qui est réapparue probablement sous une forme différente dans les siècles qui ont suivi mais l’appellation aurait été conservée par amalgame puisque le cuir bouilli moderne équipe encore les soldats lors de la 1ère guerre mondiale. Pour en savoir plus, c’est ici.

tentative de reconstitution d'un étui "à guimbarde" en cuir bouilli

Pour avoir un aperçu de la méthode employée pour la conception de cet étui, cliquer sur l’image.

Le cuir était aussi bien utilisé dans la vie quotidienne pour les coffrets et les bijoux, que pour la protection au combat ou la conception de fourreaux. On utilisait également cette matière pour réaliser les parchemins.

La sculpture sur cuir.

Patrice Juskowiak qui pratique la sculpture sur cuir a accepté de nous parler un peu de sa passion pour cette matière. Il l’utilise pour sculpter depuis 2002 après avoir commencé par fabriquer des chaussures.

Il m’a confié qu’il travaillait au scalpel, sur du cuir moulé acheté en tannerie : il s’agit d’un cuir de qualité, garanti à vie et donc le plus cher du marché. Le procédé est relativement simple, il dessine sur le cuir après avoir préparé son patron ou son dessin en une matinée environ. Puis le talent de l’artiste fait naitre les volumes du dessin sur le cuir…

Je n’en dirais pas plus sur ses petits secrets de fabrication mais je vous laisse admirer son travail directement sur son groupe Facebook La sculpture sur cuir.

Pour les autres, je mets ici quelques photos:

 

 

 

Le cerf

 


sources :

http://www.emotionprimitive.com/pdf/169-12-pp.pdf

http://astelier-medieval-du-cuir.over-blog.com/

2 Responses to Le travail du cuir.

  1. SOFIA says:

    C’est super ce que vous faîtes, continuez, je vous souhaite une bonne continuation et lâchez pas prise.

    Sofia

    • Cernunnos says:

      Merci à vous Sofia pour votre message. J’avance à mon rythme, gentiment mais surement et j’ai pleins de projets intéressants en cours de discussion.

      Même s’il n’est pas toujours facile de trouver du temps pour mes recherches dans ma vie active, je suis mon petit bonhomme de chemin et j’espère continuer encore longtemps pour mon propre plaisir autant que pour le votre.

      A bientôt.

You must be logged in to post a comment.