Vie quotidienne

La nourriture au Moyen-age

Les documents nous renseignent facilement sur les repas du Français moyen à l’époque du Moyen-âge. Néanmoins, le repas est très varié en fonction des régions.

Malgré l’abondance de foires et de flux commerciaux qui permettent d’amener de loin des denrées régionales rares, pour des raisons pratiques on se content souvent des denrées produites localement. Les différences de conditions et de fortunes jouent un rôle importants également, c’est évident.

On observe également tout le long de l’année que les rites religieux, aujourd’hui oubliés ou moins suivis, influent sur la manière dont on va se nourrir au fil des saisons. A Noël, on fait bombance, particulièrement de viandes, alors qu’au printemps le Carême est marqué par une forte consommation de poisson assaisonné d’une pointe d’huile uniquement. Pendant les jours maigres, oeufs et laitages sont interdits, ainsi que le vendredi et le samedi toute l’année. C’est d’ailleurs de là que viennent nos traditionnels oeufs de Pâques.

Le blé et les farines jouent un rôle très important car on se nourrit principalement de pain de froment.  La viande est la deuxième composante du repas. On mangeait comme aujourd’hui moutons, boeufs, porcs…  Tuer le porc était la tradition familiale d’hiver. Le lapin se chasse.

En ce qui concerne les volailles et les oeufs, ils servent à payer la plupart des redevances à la campagne. On mangeait aussi les cygnes et les paons.

La surconsommation de viandes entraînait également une surconsommation d’épices pour accommoder le tout : moutarde, safran, cannelle, cumin, gingembre… On appréciait grandement la sauce à l’aille.

En ce qui concerne le poisson, on appréciait la chair de la baleine et tous les produits de pêche tel que le hareng.  Les perches , les truites étaient grillées a peu près comme aujourd’hui après avoir été vidées. Les brochets étaient cuits dans un court-bouillon de vin et de safran après avoir été rôtis.

On consommait énormément de pâtés aromatisés avec les plantes de chez nous : thym, serpolet, persil, sariette…

Le menu principal du Français moyen est constitués de  soupes à grand renfort de larges tranches de pain qu’on arrosait de potage.

La boisson principale est le vin. On distingue déjà à cette époque quelques crus régionaux. On a déjà la volonté d’accompagner, pour les plus riches, plats et vins. En Normandie, où la vigne est rare, on consomme déjà bières et cidres.

5 Responses to La nourriture au Moyen-age

  1. yooN says:

    Et le Lipeuthonne Haïsse Tih???

  2. Cernunnos says:

    Ahhhhh le fameux Lipeuthonne elfique de nos délirantes soirées jeux de rôles … souvenir souvenir …

  3. yooN says:

    Bah ouais je pensais que tu l’aurais relevé. T’as oublié la fameuse Bugman XXXXX aussi :)

  4. Cernunnos says:

    Disons que dans cette catégorie on parle plus d’histoire mais dès que j’aurais plus de temps de me faire des recherches j’attaquerais la catégorie jeux de rôles. Pour ça que j’ai pas mentionné ça :D

  5. yooN says:

    Bah tu sais je veux bien t’aider à la faire la catégorie JDR.

You must be logged in to post a comment.