Histoire

Les origines des armoiries vues par Michel PASTOUREAU.

J’avais déjà écrit un article, mais comme j’ai reçu un très beau livre que je ne peux que vous recommander car il est très bien illustré et très précis, je me permets de vous faire une petite synthèse de ma lecture pour enrichir le premier article et aller plus loin.

Les origines des armoiries d’apres M. Pastoureau.

Avec l’évolution du matériel militaire, les hommes en armes ont perdus progressivement tout moyen de se reconnaître.

Le capuchon de la cotte de mailles qui remonte sous le menton aussi bien que le nasal du casque à partir des années 1080 – 1120 ont rendu impossible l’identification des hommes sur le terrain.

On prend donc progressivement l’habitude de faire peindre sur  les écus des figures, géométriques animales ou florales.

On ne peut considérer ces dessins comme des armoiries qu’à partir du moment une certaine forme de code est constant pour une même personne et où l’apparition de règles simples codifient ses représentations.

On parlera concernant ces règles, de prémices de blason. Michel PASTOUREAU estime que cette mise en place des premières règles d’héraldiques n’a pas lieu avant 1130 – 1140.

A partir de 1180, les hommes sont entièrement cachés par leur équipement et notamment par les grands écus en amande de l’armée franque.

L’usage de signalisation est devenu obligatoire pour se reconnaître.

 Comment est-on passe de figures individuelles aux armoiries veritables ?

Il paraît tout à fait logique que les hommes aient conservé un certain temps leur marque sur le terrain pour des raisons pratiques.De même, il semble aussi cohérent que certains les aient conservé à vie.

Souvent,  l’emblème choisie constituaient un jeu de mot ou une représentation propre au nom de son porteur.

De fait, on peut supposer que le caractère héréditaire des emblèmes choisis procède naturellement de ces deux constats.

Toutefois, ce qu’on ne parvient toujours pas à expliquer au XXIème siècle, c’est comment et pourquoi, dès l’origine, des règles se sont mises en place pour codifier ces représentations.

C’est précisément ces règles qui progressivement vont constituer le blason, c’est-à-dire l’ensemble des règles qui régissent les armoiries.

Les representations avant le blason.

Elles se composent de couleurs et de figures simples, mais très codifiées. Michel PASTOUREAU estime qu’elles sont issue d’un héritage de plusieurs éléments qui ont fusionnés entre eux.

Les bannières ont fourni à l’héraldique les couleurs et leurs associations, les partitions, la structure en semé… Ainsi que le lien entre les armoiries et le fief.

Les formes végétales et animales sont principalement issues des sceaux et des pièces de monnaies dont faisaient déjà usage certaines familles au XI ème siècle. On constate que les sceaux  semblent d’abord apparaître sur les bannières et les gonfanons, puis sur les écus.

Les fourrures (vair et hermine) et la forme des armoiries ont été prise au bouclier véritable. Les figures géométriques sont aussi les héritières de la forme de celui.

La naissance des armoiries

Ci-contre : blason des barons des trois premières croisades.

La question est donc, pour cibler la naissance de l’héraldique, de savoir à partir de quand on a représenté toujours le même motif pour symboliser une personne sur le champ de bataille.

M. PASTOUREAU estime que c’est le cas à partir de 1130 – 1160.

Pour donner ces fourchettes de dates, ce spécialiste se repose sur des sources littéraires, numismatiques nombreuses, des représentations telles que la tapisserie de Bayeux ou des vitraux, qu’il détaille dans son livre.

Il estime ainsi que la naissance des armoiries s’étend sur cinq à six générations.

La gestation : Milieu XI ème siècle – 1130

L’apparition : 1130-1140 / 1160-1170

La diffusion : 1170 – vers 1230

 

Nous essayerons dans un prochain article de détailler ces phases pour aller plus loin, il me semble que l’article est déjà de bonne taille et je ne voudrais pas vous lasser.

Source : Michel PASTOUREAU , l’Art héraldique paru chez SEUIL

2 Responses to Les origines des armoiries vues par Michel PASTOUREAU.

  1. YouGo says:

    Eh ben vivement la suite de cette série d’articles sur l’héraldique ! Maintenant que tu as un bon ouvrage de référence bien aéré et joliment illustré, de bonnes choses devraient paraître ici sur l’héraldique.

    • Cernunnos says:

      J’avais déjà un ouvrage sur la question, mais il n’allait pas très loin sur les origines des armoiries. Le travail de M. PASTOUREAU est vraiment beaucoup plus complet… Donc oui, tu as raison, je ne vais pas me gêner pour en profiter au maximum pour l’exploiter dans des articles.

You must be logged in to post a comment.