Tutoriaux

Fabriquer son gambison

Il est particulièrement intéressant en matière de reconstitution de fabriquer soi-même son propre matériel quand on le peut. Toutefois, respecter l’historicité dans cette fabrication n’est pas toujours une partie de plaisir et nécessite souvent un grand nombre de recherches.

Petite histoire du gambison.

A l’origine, il s’agit vraissemblablement d’un moyen de protection à part entière qu’on appelle un jaque, assez peu cher et très protecteur, qu’on utilise notamment pour la protection des archers pour lesquels l’aisance de mouvement est impérative.

Extrait d’une ordonnance de Louis XI concernant la fabrication des jaques pour les francs-archers.

« Leur faut les jaques de trente toiles d’épaisseur ou, pour le moins, de vingt-cinq, avec un cuir de cerf. Les toiles claires et à demi usées sont les meilleures. Et doivent lesdits jaques être de quatre pièces ; et faut que les manches soient fortes comme le corps. Et doit être l’emmanchure grande, pour que la manche prenne près du collet et non pas sur l’os de l’épaule ; aussi que le jaque soit large sous l’aisselle et bien fourni. Que le collet ne soit pas trop haut derrière pour l’amour de la salade (c’est-à-dire de manière a ne pas empêcher le jeu de la partie postérieure du casque). Il faut que le jaque soit lacé devant, avec une pièce sous l’endroit qui lace. Pour l’aisance du dit jaque, il faudra que l’homme ait un pourpoint sans manches ni collet, de l’épaisseur de deux toiles seulement, et qui n’aura que quatre doigts de large sur l’épaule ; auquel pourpoint il attachera ses chausses. De cette façon il flottera dedans son jaque et sera à son aise, car on ne vit jamais tuer personne à coups de main ni de flèche dedans un pareil jaque. »

Celle-ci a été adaptée pour servir de sous-couche protectrice supplémentaire sous d’autres moyens de protection. Son but devient d’amortir les chocs et protéger des pointes. Elle a donc changé de nom pour prendre celui de gambison puisqu’elle a changé de fonctions.

Il existe plusieurs hypothèses de fabrication. Le gambison serait une superposition de couches de tissus cousus ensembles, cette hypothèse est attestée par l’existence de pièces archéologiques du XVème siècle qu’on nomme pourpoints gambisonnés.

La deuxième hypothèse consiste en un rembourrage entre deux couches de tissus, on ne sait pas trop. Il est en forme de chemise plus ou moins longue. Sans lui, les coups d’épée seraient quand même incapacitants pour la personne touchée.

On ne sait pas trop exactement puisque la seule chose qui nous reste pour attester cette hypothèse,  c’est une manche, dite “de Saint-Martin”, exposée à Bussy (Seine-et-Marne). L’excellent travail proposé par l’association les Guerriers du Moyen-âge est largement suffisant aussi n’entre-je pas dans sa description plus avant. L’analyse au carbone 14 date son ancienneté dans une fourchette allant de 1160 à 1270.

Ajoutons à cela l’existence dans les psautiers de quelques iconographies et c’est tout ce dont on dispose… Alors n’hésitez pas à recaler celui qui vous broute avec son gambison “histo” fourré au crin de cheval et 100% pur lin… parce qu’on en sait strictement rien et que cette manche, elle, est fourrée avec une nappe de coton non peignée.

Dans tous les cas, les gambisons étaient vraisemblablement fabriqués avec les produits courants sur place, tissu de coton, de lin, de soie, de laine, feutre, cuir, etc. Pour les bourres : laine, coton, lin, crin de chevaux et poils d’animaux, etc. Il ne s’agit que d’hypothèses…

La conception d’un gambison.

J’avais récupéré il y a longtemps sur mon PC un patron qui m’avait semblé bien pensé et efficace, malheureusement je n’ai pas gardé le nom de son auteur ( honte sur moi et mes descendants jusqu’à la cinq centième génération !), donc si celui-ci se reconnait ou si quelqu’un le connait, qu’il n’hésite pas à mentionner la source en commentaire.

Il préconisait pour un gambison de prendre du lin, de la laine en surplus militaire (donc a priori plutôt de la laine bouillie moderne) repartis comme suit:

- une couche de lin

- une ou deux couche de laine selon l’épaisseur recherchée

- une couche de lin.

Voici la liste du matériel et le coût estimé de chaque selon ses conseils:

Le lin, chez IKEA, le lin d’ameublement coute environ 4€80, il en faut 6 m (et il y aura de la chute pour confectionner aumonière, sac, colletin, etc…)
La laine, il y en a de excellente dans les surplus militaire, compter environ 12€.
Le fil, pour l’assemblage, fil de lin au chinois, entre 3€ et 5€ les 30m (compter 2 bobines) pour le sur-piquage, fil de lin Casto, environ 2€ les 80m (une bobine).

Le lin, chez IKEA, le lin d’ameublement coute environ 4€80, il en faut 6 m (et il y aura de la chute pour confectionner aumonière, sac, colletin, etc…)La laine, il y en a de excellente dans les surplus militaire, compter environ 12€.Le fil, pour l’assemblage, fil de lin au chinois, entre 3€ et 5€ les 30m (compter 2 bobines) pour le sur-piquage, fil de lin Casto, environ 2€ les 80m (une bobine).

En vous souhaitant bonne couture, mettez-nous vos photos qu’on apprécie le résultat !!

4 Responses to Fabriquer son gambison

  1. mac jowski says:

    juste pour dire que l’image du patron du gambi est à l’origine de Philippe le Rouge de cité d’antan

  2. Briac MOULIN says:

    Bonjour,

    La laine du type indiqué ici ne se travaille que très difficilement à la machine! Ou il faut une machine très sophistiquée. De plus, le gambison ne peut-il être fait avec un autre tissu que du lin? (car ça n’est pas un tissu très solide.)

    Merci d’avance.

    • Cernunnos says:

      Mes excuses pour cette réponse tardive. Mon travail me prend beaucoup de temps et je n’ai pas eu le temps de répondre avant, hélas.
      Concernant le lin, c’est effectivement un tissu qui correspond historiquement à une chose possible (même si le lin d’aujourd’hui n’a plus rien à voir) , aussi concernant l’idée de faire un gambison dans une autre matière, cela est un choix qui vous est propre. N’étant pas moi-même couturière, j’aurais bien du mal à vous indiquer un substitut qui tienne la route. Si vous trouvez éventuellement une autre manière de faire qui vous corresponde mieux n’hésitez pas à le signaler ici.

      Désolée de pas pouvoir éclairer plus votre lanterne.

You must be logged in to post a comment.